France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément grec 1144

Biblissima authority file: https://data.biblissima.fr/entity/Q77414

Text in this manuscript

Data Source: Pinakes

Agapet (diacre de Constantinople, 04..-05..) : Capitula admonitoria [Grec].

Former owner

Formerly part of

Bibliography

  • A. Skarbelê-Nikolopoulou, Μαθηματάρια των ελληνικών σχολείων κατά την τουρκοκρατία, Athêna, Σύλλογος προς Διάδοσιν Ωφελίμων Βιβλίων, 1993
  • C. Astruc, M. Concasty, Bibliothèque nationale. Catalogue des manuscrits grecs. Troisième partie : Le Supplément grec, Tome III, numéros 901-1371, Paris, 1960 (Version en ligne)

Contents

  • Textes d'auteurs classiques adaptés à l'enseignement (selon la même méthode que dans le manuscrit précédent) par DANIEL CÉRAMEUS, directeur de l'école évangélique de Patmos (v. ci-dessous, aux pp. 137 et 139).


    1 (pp. 3-40. 1-2. 41-54) Sentences monostiques (Γνωμικὰ μονόστιχα τοῦ Χρυσολορᾶ sic ms.) distribuées en chapitres exactement comme dans les Paris. Suppl. gr. 1247, ff. 2-20v et 1307, ff. 2-66 (éd. à la suite du texte de Musée, Opusculum de Herone et Leandro, Paris 1538, ff. 10v-22v). Le vers 1 de ce choix est le monostique 28 dans la grande collection éditée sous le nom de Ménandre par A. Meineke, Fragmenta Comicorum Graecorum, IV, Berlin 1841, pp. 340-362 ; le dernier vers est le monostique 548 dans la même collection. Après la p. 14, la chute d'un feuillet a entraîné la perte des sentences Καλὸν γυναικὸς εἰσορᾶν καλοὺς τρόπους — Βίου δικαίου γίγνεται τέλος καλόν (éd., f. 13, l. 10-f. 13v, l. 6). Gloses interlinéaires en grec vulgaire, de la p. 3 aux trois premières lignes de la p. 30. Après la p. 40, le copiste a omis la valeur d'un feuillet de texte (modèle lacuneux ?) ; les sentences ainsi laissées de côté, Δύσμορφος εἴην μᾶλλον, ἢ καλὸς κακός — Γλώσσης μάλιστα πανταχοῦ πειρῶ κρατεῖν (éd., f. 19, l. 16-f. 19v, l. 10), ont été transcrites après coup, pp. 1-2, par la même main (la présence, au bas de la p. 40, de la réclame Γλώσσῃ interdit de supposer un simple déplacement de ce feuillet paginé 1-2).


    2 (pp. 55-63) [PS.-ISOCRATE, à Démonicos] : inc. mut. (§ 3) Ὅσοι μὲν] οὖν προτοὺς (sic) ἑαυτῶν φίλους ; la copie a été abandonnée, à la p. 63, sur les mots ἔση καὶ πολυμαθὴς (début du § 18, éd. G. Mathieu-É. Brémond, t. I, Paris 1928, p. 126, l. 18). Gloses interlinéaires. La plupart des phrases du texte ont leurs mots numérotés (pour faciliter le mot-à-mot).


    3 (pp. 65-80) Paraphrase en grec vulgaire des chapitres 1-31 d'[AGAPET LE DIACRE, capita admonitoria ad Iustinianum) (M. 86, I, 1164-1173 C 2) : inc. Ὦ βασιλεῦ Ἰουστινιανὲ, ἐπειδὴ καὶ ἠξιώθης ἔχεις ἐπῆρες ἔλαϐες παρὰ Θεοῦ — des. mut. ἀπὸ τὰ πρέποντα τὰ προσήκοντα τὰ ἁρμόζοντα τὰ δικαία, δηλ(αδὴ) μήτε, quelques feuillets manquant après la p. 80.


    4 Discours d'ISOCRATE paraphrasés en grec vulgaire, ou présentés dans leur texte original avec gloses interlinéaires.


    1(pp. 81-107) Paraphrase du Plataïque, τοῦ αὐτοῦ (!) λόγος πλαταικός ms. ; le rédacteur s'est arrêté, dans le haut de la p. 107, sur les mots οἱ Θηϐαῖοι, οἱ ὁποῖοι ἐποίησαν ἔκαμαν, τὸ ἀνάπαλιν, qui correspondent aux mots de l'original Θηβαίους δὲ τοὺς τἀναντία (avant-dern. l. du § 61, cf. éd. citée, t. II, Paris 1938, p. 88, l. 12).


    2(pp. 109-137) À Nicoclès, avec gloses interlinéaires ; à la fin, Τέλος βʹ λόγου τοῦ Ἰσοκράτους ʹ παρὰ Δανιὴλ Πατμίου.


    3(pp. 139-164) Paraphrase, Ἐξήγησις... παρὰ Δανιὴλ Πατμίου (p. 139), du discours du Ps.- Isocrate à Démonicos (cf. plus haut, pp. 55-63) ; 4(ppÀ 164-201) paraphrase de l'Evagoras (à la p. 190, un blanc de dix lignes : manque l'équivalent de six lignes de l'original, § § 55-56, cf. éd. citée, t. II, p. 161, ll. 1-6) ; 5(pp. 201-206) paraphrase du Plataïque, reproduisant celle des pp. 81-86, l. 23 ; par suite de la disparition d'un cahier après la p. 206, des. mut. μεγάλην κόλασιν ἤτοι ἤθελαν μᾶς τιμωρί[αν (ce qui correspond aux mots de l'original, § 15 : τὴν μεγίστην δίκην ἐλάμϐανον, cf. éd., p. 77, l. 7).


    6(pp. 207-330) Panathénaïque, avec gloses interlinéaires.


    7(pp. 331-466) Paraphrase du Panathénaïque ; la p. 336 (et de même la p. 351) présente un blanc de plusieurs lignes, à quoi ne semble pas correspondre de lacune dans la paraphrase ; au bas de la p. 426, interruption sur les mots εἰς τοὺς Σπαρτιάτας, διότι δὲν (= § 188 du texte, ὧν Σπαρτιάταις μὲν οὐδὲν, cf. éd. F. Blass, t. II, Leipzig 1885, p. 60, l. 3) ; la paraphrase reprend, d'une autre main, au milieu de la p. 427, sur l'équivalent des mots du texte (§ 189) Τριῶν γὰρ πολέμων (éd. citée, p. 60, l. 11), pour s'interrompre à nouveau vers le milieu de la p. 432 (= fin du § 199) ; reprise de la main initiale, p. 433, sur la paraphrase des mots Ἔπειτ' εἰ εὐλόγεις (§ 206, cf. éd., p. 64, l. 15) ; nouvel arrêt, p. 457 (vers le milieu) sur des mots correspondant à la fin du § 252 ; une main distincte des deux précédentes reprend la copie, p. 458, avec l'équivalent du § 253, pour être relayée, deux pages plus loin, par la main initiale qui poursuit jusqu'au bas de la p. 466 ; la paraphrase des sept dernières lignes du texte (éd., p. 80) est suppléée par la seconde main dans les marges de la p. 466.


    8(pp. 467-537) Panégyrique, avec gloses interlinéaires.


    9(pp. 539-621) Paraphrase du Panégyrique ; aux pp. 579 et 580-581, interventions (pour combler des blancs) de la main rencontrée déjà pp. 427-432.


    5 Paraphrases en grec vulgaire de discours de DÉMOSTHÈNE, à savoir : 1(pp. 623-636) de la première Olynthienne ; 2(pp. 636-650) de la deuxième Olynthienne ; 3(pp. 650-663. 666-668. 664) de la troisième Olynthienne : le scribe s'est embrouillé dans sa copie et a omis la paraphrase de Ταῦτα μὰ τὴν Δήμητρ' οὐκ ἄν — πράττειν ταῦτ' ἐφ' οἷς (cf. éd. M. Croiset, t. I, Paris 1924, pp. 134, l. 22-135, l. 28) ; 4(pp. 664-665. 669-692) paraphrase de la première Philippique, ὑπόθεσις τῆς συμϐουλῆς ms. ; 5(pp. 692-720) de la troisième Philippique : la paraphrase prend fin sur un développement correspondant aux derniers mots du § 65 ; suit la mention : Τέλος εἰς τὰς τοῦ Δημοσθένου (sic) ἐξηγήσεις.


    6 (pp. 721-748) PLUTARQUE, De tuenda sanitate ; la copie a été interrompue sur les mots (132 Β) ἢ τῆς πρὸς τὸ ὕδωρ (éd. G. Bernardakis, Plutarchi... Moralia, I, Leipzig 1888, p. 323, l. 5) ; gloses interlinéaires en grec vulgaire jusqu'à 129 E.


    7 XÉNOPHON, Anabase : (pp. 749-803) livre I ; (pp. 804-840) livre II ; (pp. 841-845) livre III, § § 1-19 ὅσα δὲ κτήνη (éd. P. Masqueray, Paris 1930, p. 130, l. 1), le copiste ayant abandonné son travail vers le milieu de la p. 845. Gloses interlinéaires clairsemées.


    8 (pp. 847-864) Sentences monostiques identiques à celles qui se lisent en tête du volume, à partir de la p. 30, l. 8 jusqu'à la p. 43, l. 5, mais présentées sans indication de chapitres : inc. mut. ἐν δ' εὐ προσηγόροισιν ἔστι τις χάρις — des. mut. βέϐαιον οὐδὲν ἐν βίῳ δοκεῖ πέλειν (éd. citée, f. 16v, l. 22-f. 20, l. 14). Gloses interlinéaires en grec vulgaire (dans les pages correspondantes du début, les gloses n'ont pas été transcrites, ce qui explique peut-être cette seconde copie du même texte).


    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Notes

  • Acquis par la BNF le 1er mai 1895 (Source : Pinakes)
  • Volume de même nature que le précédent, et d'aspect identique. Quarante-sept cahiers comprenant : quinze quaternions, treize cahiers de 12 ff., quatre quinions, trois ternions, et un cahier de quatorze ff., plus onze cahiers réduits par divers accidents à un nombre de feuillets plus petit qu'à l'origine (trois à 11 ff., un à 9, un à 8, trois à 7, deux à 5, et un à 2). Les fascicules sont numérotés selon un curieux système qui affecte à chacun deux numéros, portés, l'un sur le premier et l'autre sur le dernier de ses feuillets : ainsi le troisième cahier (premier des quaternions intacts) est numéroté 4 en haut de la p. 29, et 5 en haut de la p. 44. Il y a eu incertitude pour le premier cahier, qui devait ne porter qu'un seul numéro : 1.
    On reconnaît un certain nombre de lacunes : un feuillet manque après la p. 14 (chute postérieure à la pagination, qui saute, aujourd'hui, de 14 à 17) ; quelques feuillets font défaut après la p. 54 ; de même après la p. 80 ; un cahier (le 28-29) a disparu après la p. 206 ; après la p. 748, il manque la majeure partie du cahier 80-81, ainsi que les cahiers 82-83, 84-85, 86-87 et 88-89 ; enfin, après la p. 864 on distingue encore les vestiges de feuillets arrachés ; des traces semblables de feuillets déchirés au ras de la ficelle se rencontrent à l'intérieur du volume (après les pp. 64. 138. 432. 746 et 846) mais il s'agissait à chaque fois d'un feuillet blanc, car ni le texte ni la pagination n'ont souffert de ces prélèvements.
    La dernière partie du manuscrit (pp. 847-864) porte une ancienne pagination, de 35 à 52, dont les chiffres ont été barrés : il est probable que ces neuf feuillets ont été séparés d'un autre ensemble et transférés ici (ils ne coïncident pas avec les pages 35-52 du présent ms.).
    Pages vides d'écriture : 64. 108. 138. 538. 622. 846. En outre les copistes ont ménagé, volontairement ou non, un assez grand nombre de blancs, allant de quelques lignes à trois quarts de page, dans les pages 107. 190. 336. 351. 427. 432. 457. 845.
    La main principale est la même que dans le Suppl. gr. 1143, mais il paraît possible, dans le présent ms., de circonscrire plus exactement ce qui lui revient ; sauf erreur (et en expliquant d'assez fortes variations, p. ex. pp. 707-712, par de simples inégalités de la plume, de l'encre, ou de l'humeur du scripteur), semblent être dues à la main a : les pp. 1-63. 65-80. 101-107. 109-137. 139-426. 433-457. 460-537. 539-621. 623-845 ; la main b a copié les pp. 81-101 et 427-432, et est intervenue dans la marge de la p. 466, ainsi que pour combler des blancs aux pp. 579 et 580-581 ; à la main c ne reviennent que les pp. 458-460.
    Décoration grossière à l'encre noire : bandeaux (pp. 3. 65. 331. 467. 721) et initiales majeures (surtout pp. 81. 207. 467. 721).
    Un feuillet (A) préliminaire, actuellement collé sur le contre-plat antérieur, porte au verso un πίναξ contemporain du volume, d'ailleurs inexact et incomplet.
    Sur le contre-plat postérieur : « de Constantin Logadi », marque d'un possesseur du volume au XIXe siècle (cf. Suppl. gr. 1143, p. 1). Comme le précédent, le ms. entra à la Bibliothèque nationale, par voie d'achat, le 1er mai 1895.
    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Data sources