France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Latin 919

Biblissima authority file: https://data.biblissima.fr/entity/Q67077

Texts in this manuscript

Data Source: Europeana Regia

Data Source: Mandragore

Former owners

Illuminations and decoration

Formerly part of

Bibliography

  • V. Leroquais, Les livres d'heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, I, Paris, 1927, p. 9-15
  • E. König, « Innovation et tradition dans les livres d'heures du duc de Berry », dans La création artistique en France autour de 1400. Actes du colloque international, école du Louvre, 7-8 juillet 2004, Musée des Beaux-Arts de Dijon-Université de Bourgogne, 9-10 juillet 2004, é. Taburet-Delahaye éd., Paris, école du Louvre, 2006, p. 25-44, en part. p. 36-41
  • Les Fastes du gothique : le siècle de Charles V, Paris, éditions de la Réunion des musées nationaux, 1981, p. 344-346, cat. 298

Notes

  • Le manuscrit a fait partie de la librairie de Jean de Berry. Au recto du premier de garde Jean Flamel, secrétaire du duc, a calligraphié en lettres cadelées : « Ces belles et notables heures fist faire tres hault et tres puissant prince Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poitou, d’Estampes, de Bouloingne et d’Auvergne. Et furent parfaittes et acomplies en l’an de grace mil quatre cens et neuf. Flamel ». On lit au bas du même feuillet : « Les Heures du feu duc de Berry ».Le volume est répertorié dans l’inventaire de 1413, sous le titre de « belles et riches Heures » : « Item une tres grans, moult belles et riches Heures, tres notablement enluminees et historiees de grans histoires de la main Jaquemart de Hodin et autres ouvriers de Monseigneur, esquelles sont les Heures de Nostre Dame, les sept Pseaulmes, les Heures de la Croix et du Saint Esperit, de la Passion et du Saint Esperit encores, et l’Office des mors ; et au commancement du second fueillet des Heures Nostre Dame, a escript : flamme ; couvertes de veluiau violet et fermans a deux grans fermouers d’or, garniz chascun d’un balay, .I. saphir et .VI. grosses perles ; et y a une pipe d’or, ou sont atachiez les seignaulx, garnie d’un gros balay et un grosses perles ; laquelle pierrerie est d’une chaienne en façon de paternostres et de certains culez qu furent de feu messire Jehan de Montagu, declairez lesdiz chastons en la .IIII.e partie du .III.c .IIII.e fueillet ensuivant ; et ont lesdictes Heures un grant chemise de drap de damas violet, doublé de mesmes ; lesquelles Heures mondit Seigneur a faictes faire ainsy et par la maniere qu’elles sont dessus devisees » (Guiffrey, Inventaires, I, p. 253-254).L’incipit du deuxième feuillet peut être repéré à la première ligne du f. 9 : « [natum per proprium] [f. 9] flamine [sacro… ]».À la mort du duc de Berry, le volume fut estimé 4000 livres tournois.Pour François Avril, Les Grandes Heures du duc de Berry seraient entrées dans les collections de Charlotte de Savoie, dont l’inventaire après décès (janvier-mars 1484) cite « ung autre livre en parchemin appelé les Heures de Monsgr de Berry, bien historié » (Paris, BnF., Français 15338, f. 91v, éd. A. Tuetey, dans Bibl. de l’École des chartes, 26, 1865, p. 338-360 et 423-442) : cf. F. Avril, « Un portrait inédit de la reine Charlotte de Savoie », dans Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, Paris, 1985, p. 255-262.Selon Nicole Reynaud, Charlotte de Savoie (1441-1483) aurait, vraisemblablement, eu en sa possession les Très Riches Heures plutôt que les Grandes Heures et il y aurait eu une confusion entre les deux manuscrits : cf. « Petite note à propos des Très Riches Heures du duc de Berry.. », dans Quand la peinture était dans les livres…, p. 273.En 1488, le volume était aux mains du roi Charles VIII, ainsi qu’en témoigne un compte de l’argenterie du roi mentionnant les dépenses effectuées pour la reliure du manuscrit : cf. Delisle, Recherches …, II, p. 284-286. Les ornements exécutés par l’orfévre angevin Nicolas Le Soupple sont encore mentionnés dans les inventaires de la Bibliothèque du roi de 1518 et 1544. Louis XII hérita du manuscrit. Au bas du premier feuillet de garde, sous la mention indiquant l’appartenance du volume au duc de Berry, a été ajoutée la mention : « appartenant au roy Loys XII ». Le Latin 919 est répertorié sur les inventaires postérieurs de la Bibliothèque royale : 1° inv. de 1518 (Blois), n° 325 ; inv. 1544 (Blois), n° 1746 ; inv. des frères Dupuy, 1645, n° 407 ; in,v. de Nicoals Clément, 1682, n° 3662. Cotes inscrites au recto de la première garde (I) : [Dupuy] « 407 » ; [Regius] « 3662 ». Inventaire 1518 : « Les grandes et belles Heures du feu duc de Berry ; couvertes de veloux cramoisi, a gros cloux d’argent doré, et sont dedans ung sac de veloux tanné » (Omont, I, p. 49, n° 325) Inventaire 1544 : « Les grans Heures du feu duc de Berry ; couvert de veloux cramoisy, a fermouers d’argent doré et ung sac de veloux tanné » (Omont, I, p. 252, n° 1746) (Source : BnF, Département des manuscrits)

Life cycle of this book

Data sources