France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément grec 6

Référentiel d'autorité Biblissima : https://data.biblissima.fr/entity/Q78035

  • Nom d'usage :
    • Chroniques moldaves
  • Autre forme de la cote :
    • Département des manuscrits, Supplément grec, 6
  • Conservé à : Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits
  • Date de fabrication :
  • Lieu de fabrication :
  • Nombre de feuillets : pp. XIV. 92. 1-544, 33 lignes
  • Reliure :
    • RELIURE – Exécutée pour Jean Grégoire Matthieu Ghika, dont les armoiries figurent au centre des deux plats (v. D. Simonescu, op. cit., p. 31). Veau moucheté ; plats à décor doré avec une double bordure de rinceaux, fleurettes et rubans et, au centre, une ellipse contenant les armoiries de Ghika et entourée d’un rectangle avec écoinçons à motif végétal ; dos à nerfs, avec filets dorés et motifs circulaires ; tranches dorées et ciselées ; traces de fermoirs.
  • Aspects codicologiques :
    • CAHIERS – 42 cahiers : 2 bifeuillets (VII-XIV), 5 quat. (1-80), 1 ternion (81-92) et 34 quat. (1-544, 2e pagination). Pagination distincte pour les deux parties, de première main, sauf pour les pp. I-XIV et les pp. 68-92, 1re pagination, numérotées à l’encre bleue par Ch. Astruc, les pp. 81-85 ayant fait l’objet d’une première numérotation de 68 à 72 au XIXe s. Réclames au verso de chaque feuillet. Pages blanches : I-V (pages de garde), VIII-X, XIII-XIV, 68-80 et 86-92, 1re pagination.
  • Décoration :
    • DÉCORATION – À la p. VII, titre principal dans un encadrement dessiné à l’encre noire : deux colonnes, reliées par une bande ornée de rinceaux et de fleurs, et soutenant une arcade à décor végétal couronnée par les armes de Moldavie, avec les initiales Ι Γ Γ Β (Ἰωάννης Γρηγόριος Γγίκας Βοεβόδας).
  • Écriture :
    • ÉCRITURE – Mise en page régulière d’un bout à l’autre du volume. Contrairement à ce qu’affirme Panaitescu (Miron Costin. Opere, Bucarest 1958, p. 347), rien ne permet d’assurer que cette mise au net, sans rature aucune, soit un autographe d’Alexandre Amiras (à propos d’un autre ms. de cette traduction, qui pourrait être un autographe d’Amiras, v. J. M. Olivier, Répertoire… de Marcel Richard, Paris 1996, p. 85, no 370, et Sp. Lambros, « Κῶδιξ Ἀλεξάνδρου Ἀμηρᾶ ἐν Ἄνδρῳ », Νέος Ἑλληνομνήμων 11, 1914, pp. 183-185). D’une autre main, une note marginale (p. 446) et quelques corrections portées sur les numéros des chapitres. Surface écrite : 250 × 160 mm.

Présentation du contenu

  • Chroniques moldaves


    Ouvrage traduit en grec moderne par Alexandre Amiras de Smyrne, sur l’ordre de Jean Grégoire Matthieu Ghika, voïvode de Moldavie (1726-1733), à Jassy en février 1729, Βιβλίον ἱστορικὸν περιέχον τὰς ἡγεμονίας καὶ διαγωγὰς τῶν ἐν Μολδαβίᾳ ἡγεμονευσάντων αὐθέντων… ms. (cf. Ch.-B. Hase, Notices et extraits, t. XI, 2, 1827, pp. 274-394 ; C. C. Giurescu, « Les Manuscrits roumains de la Bibliothèque nationale », Revue historique du Sud-Est européen 2, 1925, pp. 12 sqq. ; M. Kogalniceanu, Cronicele Romaniei seu Letopisetele Moldaviei si Valahiei a doua editiune, t. I, Bucarest 1872 ; P. P. Panaitescu, Miron Costin. Opere, Bucarest 1958). Le titre (p. VII) attribue le texte original roumain à Miron Costin, ce qui n’est pas le cas pour tout le volume (cf. Hase, p. 275 ; Giurescu, p. 52 ; Panaitescu, p. 347).


    1 (pp. VII-XII. 1-85, 1re pagination) Première partie du ms. : 1(pp. XI-XII) Table des chapitres de la première partie, Ἔλεγχος τοῦ πρώτου βιβλίου τῆς Μολδαβικῆς ἱστορίας ms. 2(pp. 1-7) NICOLAE COSTIN (nommé p. 6, l. 24), Préface, Πρόλογος τῆς Μολδαβικῆς ἱστορίας τῆς ἐπιμελῶς μεταφρασθείσης παρὰ Ἀλεξάνδρου Ἀμηρᾶ ms. (éd. partielle, Hase, pp. 289-295 ; texte roumain, Kogalniceanu, pp. 33-38). 3(pp. 7-67)<NICOLAE COSTIN>, Histoire ancienne de la Moldavie, en 16 chapitres (cf. Hase, pp. 296 et 332-338 ; texte roumain, Kogalniceanu, pp. 39-84). 4(pp. 81-85) Table du contenu de la seconde partie (cf. Hase, pp. 322-329).


    2 (pp. 1-544, 2e pagination) Seconde partie du ms. : trois chroniques moldaves réunies en une seule, Ἱστορία τῆς Μολδοβίας περὶ τῆς αὐθεντίας τοῦ Δράγοση Βόδα ms. : 1(pp. 1-242) NICOLAE COSTIN, Histoire de l’État moldave depuis sa fondation au milieu du XIVe s. jusqu’en 1601 (cf. Hase, pp. 309-310 ; texte roumain, extraits, Kogalniceanu, t. I, pp. 380-403, 414-427 et 432-496, appendices II-VI, VIII et X). 2(p. 242, ll. 15-29) Quatorze vers politiques sur la mort, Στίχοι νεκρόσιμοι ms., inc. Ὁ θάνατος ἴσα πατεῖ τὰ σπήτια τῶν ἀυθέντων (texte roumain, Kogalniceanu, t. I, p. 496, n. 1). 3(pp. 242, l. 31-410, l. 1) MIRON COSTIN, Histoire de la Moldavie de 1595 à 1661, inc. mut. (chap. 4, en 1601) Οἱ Βατωρέτοι τολμηρότεροι γενόμενοι εἰς τὸν τόπον (texte roumain, Panaitescu, pp. 56-201, Kogalniceanu, t. I, pp. 259-373 ; éd. partielle, Hase, pp. 366-370, appendice VI, chap. 38). 4(pp. 410, l. 2-412, l. 30) Liste des charges et dignités moldaves créées par Alexandre le Bon († 1432), inc. Μετὰ τὸν μητροπολίτην ὁποῦ κατέστησεν εἰς τὸν καιρὸν τῆς αὐτοῦ ἡγεμονίας. 5(pp. 412, l. 31-544)<Alexandre Amiras*>, Chronique de 1661 à 1729 (texte roumain, D. Simonescu, Cronica anonima a Moldovei…, Bucarest 1975, pp. 43-156 ; cf. Hase, pp. 371-388).


    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Texte du manuscrit

Source des données : Mandragore

Enluminures et décors

Anciens possesseurs

Anciennement dans

Historique de la conservation

  • HISTOIRE – Le ms. constitue la mise au net d’un travail dont la première partie était achevée en février 1729 (cf. p. VII), mais dont les derniers chapitres font état d’événements de septembre 1729 (v. pp. 536-543). Le prince Jean Grégoire Matthieu Ghikaen fut le commanditaire et premier possesseur. Son frère Alexandre, drogman de la Porte, en fit don à Charles de Peyssonnel, secrétaire de l’ambassade de France à Constantinople (v. Nouv. acq. fr. 6834, ff. 91v-92, lettre du 24 janvier 1739 adressée par ce dernier au marquis de Caumont : « […] manuscrit en grec vulgaire, qui contient l’histoire moderne des principautés de Valachie et de Moldavie ; j’ay prié un Religieux versé dans le grec vulgaire de traduire cet ouvrage […]. » ; cette traduction française, réalisée par Nicolas Genier, constitue le Français 1409 ; cf. Omont, Missions, t. II, p. 741). Le volume est entré à la Bibliothèque royale le 1er juillet 1752 (v. p. VI, note de l’abbé Claude Sallier : « Envoyé par Mr Peyssonel et remis par Mr Marie. Le 1er de jüillet 1752. S »). Il est mentionné dans un catalogue provisoire manuscrit intitulé Catalogue des Manuscrits Hebreux, Syriaques, Arméniens, Arabes, Persans, Turcs, Grecs et Latins dont les notices sont faites pour les Supplemens (Archives Ancien Régime 71, ff. 76-93v), dont la section grecque (ff. 88-90) donne la description sommaire de cinquante-trois acquisitions échelonnées de 1739 à juillet 1753 ; il y porte le numéro XXX (f. 89) que l’on retrouve inscrit à la p. VII du ms. Notice de Ch.-B. Hase dans le Suppl. gr. 1003, ff. 6-7. Estampille de la Bibliothèque nationale (Première République) aux pp. VII et 544 (type Josserand-Bruno 17).

    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Vie du livre

Sources des données