France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément grec 247

Référentiel d'autorité Biblissima : https://data.biblissima.fr/entity/Q77753

  • Nom d'usage :
    • Nicandre
  • Autre forme de la cote :
    • Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, suppl. gr., 0247
  • Conservé à : Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits
  • Date de fabrication :
  • Lieu de fabrication :
  • Nombre de feuillets : ff. [II]. 48. [II]
  • Reliure :
    • RELIURE - Veau raciné, au chiffre de Charles X. Le manuscrit a été envoyé à la reliure le 1er août 1826 (cf. Archives modernes, 624).
  • Écriture :
    • RÉGLURE - Système non cohérent. Type Leroy 00D1, avec de nombreuses irrégularités. Jusqu'à 22 lignes à la page pour les pages non illustrées. Piqûres souvent visibles (ff. 25, 26, 27 29, 30, 31 etc.).
      ÉCRITURE – Minuscule calligraphiée, mais irrégulière, légèrement penchée à droite, qui reprend quelques formes onciales. Parmi celles-ci la plus caractéristique est le kappa oncial avec sa haste verticale très développée, les deux traits inclinés étant au contraire atrophiés.

Textes du manuscrit

Source des données : Mandragore

Source des données : Pinakes

Présentation du contenu

  • Nicandre de Colophon
    1 (ff. 1-28) Thériaques, Νικάνδρου θηριακά. Nombreuses lacunes dues à des pertes de feuillets: il manque les vers 57-75, 204-230, 389-540, 564-624, 715-766, 833-847 et 885-958 (pour le détail, voir la description des Cahiers ci-dessus).
    2 (ff. 28-46) Alexipharmaques. Nombreuses lacunes dues à des pertes de feuillets: il manque les vers 1-33, 74-106, 157-248, 335-346, 483-494, 611-630 (pour le détail, voir la description des Cahiers ci-dessus).

    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Anciens possesseurs

Enluminures et décors

Anciennement dans

Historique de la conservation

  • HISTOIRE DU MANUSCRIT - Plusieurs notes attestent que le manuscrit se trouvait en Italie dès le XVème siècle: 1) (f. 14) sous la représentation de la dipsade: iste est talis coluber quod qui mordetur ab isto sitit ultra modum et quanto plus bibet, plus inflammatur et sitit et sic moritur, et vocatur dypsas, significans sitim . 2) (f. 15v) τέλος τῆς βίβλου Νικάνδρου, explicit liber Nicandri, cette note double montre que l'ordre des feuillets était perturbé dès le XVème siècle.
    Le manuscrit apparaît sur le registre de prêt de la Bibliothèque Vaticane à la date du 3 août 1490, jour où il est emprunté par Ermolao Barbaro: Nicandrum De venenis cum figuris ex membrana (M. Bertòla, I due primi registri di prestito della Biblioteca Apostolica Vaticana, codici Vaticani latini 3964, 3966, pubblicati in fototipia e in trascrizione (Codices e Vaticanis in selecti quam simillime impressi, 27), Vatican 1942, p. 76, ll. 23-24; l'identification du manuscrit est due à Aubrey Diller, "Greek Codices Strayed from the Vatican Library", Italia medioevale e umanistica, 26, 1983, pp. 383-388: p. 387). Il figure également dans les inventaires de la Bibliothèque Vaticane de 1481 - v. R. Devreesse, Le fonds grec de la Bibliothèque Vaticane des origines à Paul V (Studi e testi, 244), Vatican 1965, p. 104 n° 515, cf. A. Diller, art. cit. -, de 1518 - v. Devreesse, p. 216 n° 608 et M.L. Sosower, D.F. Jackson, A. Manfredi, éd., Index seu inventarium Bibliothecae Vaticanae divi Leonis pontificis optimi anno: 1518 C., series graeca (Studi e testi, 427), Vatican 2006, pp. VII n. 2, 79 n° 91 -, de 1533 - v. Devreesse, p. 301 n° 657 et M.R. Dilts, M.L. Sosower, A. Manfredi, éd., Librorum graecorum Bibliothecae Vaticanae index a Nicolao de Maioranis compositus et Fausto Saboeo collatus anno MDXXXIII (Studi e testi, 384), Vatican 1998, p. 78 n° 659 - et de 1539 environ - v. Devreesse, p. 356 n° 651.
    Au XVIIIe siècle, le manuscrit est acquis par l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés: au f. 1, figure une mention d'achat de la main de Louis Lemerault, bibliothécaire de Saint-Germain-des-Prés entre 1735 et 1756: acheté au mois de novembre mil sept cent quarante huit. Dans la marge inférieure du f. 2 apparaît la mention: S. Germani a Pratis N° 885.
    Le manuscrit de Nicandre a été transféré à la Bibliothèque Nationale sous la Révolution: il figure sur un premier bordereau d'envoi de manuscrits grecs daté du 15 frimaire an IV (Nouvelles acquisitions françaises 5794, ff. 12 et 49, Archives modernes502): le manuscrit était transporté avec 11 autres dans le dernier "paquet" (paquet 87). Sur la note décrivant le contenu de ce paquet, le Nicandre apparaît avec le numéro d'ordre 10: Nicandri Theriaca cum figuris tres petit in 4° velin sans couvertures acheté (en) 9bre 1748.

    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Notes



  • CAHIERS. - Le manuscrit est composé de neuf cahiers, huit quaternions et un binion, qui sont tous incomplets (v. C. Förstel):
    Cahier I: folios 2 à 8; perte d'un folio après le f. 3 qui devait contenir Thériaques 57-75.
    Cahier II: folios 9 à 15 ; perte du premier folio (Thériaques 204-230).
    Cahier III: ce cahier manque entièrement ; il contenait probablement Thériaques 389-540.
    Cahier IV: folios 16 à 20; perte de trois folios après le f. 17 (Thériaques 564-624).
    Cahier V: folios 21 à 26; perte de deux folios après le f. 22 (Thériaques 715-766).
    Cahier VI: folios 27 et 28; perte du premier folio (Thériaques 833-847) et de cinq folios après le f. 27 (Thériaques 885-958), l'actuel folio 28 qui ne porte que des illustrations ayant pu former soit le quatrième, soit le dernier folio du quaternion complet.
    Cahier VII: folios 29 à 31; perte du premier folio (Alexipharmaca 1-33), du troisième (après le f. 29:Alexipharmaca 74-106) et des trois derniers folios (après le f. 31: Alexipharmaca 157-248).
    Cahier VIII: folios 32 à 38: perte d'un folio après le f. 35 (Alexipharmaca 335-346).
    Cahier IX: folios 39 à 45; perte d'un folio après le f. 41 (Alexipharmaca 483-494).
    Cahier X: folios 46 à 48; perte d'un folio après le f. 46 (Alexipharmaca 611-630). (Source : BnF, Département des manuscrits)

Bibliographie

  • A. BOONEN, « Étude iconographique des scènes bucoliques illustrant le Discours 44 (chap. 10-11) de Grégoire de Nazianze », dans A. Schmidt (éd), Studia nazianzenica II, CCSG 73, Turnhout, Brepols, 2010, p. 1-41
  • A. Džurova, Le rayonnement de Byzance. Les manuscrits grecs enluminés des Balkans (VIè-XVIIIè siècles), Catalogue d'exposition (XXIIe Congrès International d'Études Byzantines, Sofia, 22-27 août 2011), Sofia, Galerie Nationale d'Art étranger, 2011
  • A. Touwaide, « Un recueil grec de pharmacologie du Xe siècle illustré au XIVe siècle: le Vaticanus gr. 284 », Scriptorium, 39, 1985, p. 13-56
  • F. Guidetti (éd), A. Santoni (éd), Antiche stelle a Bisanzio. Il codice Vaticano greco 1087, Seminari e convegni, Pisa, Edizioni della Normale, 2013
  • J. Jacques, « La contribution d'Eutecnius à l'édition des 'Alexipharmaques' de Nicandre », dans A. Roselli (éd), Ecdotica e ricezione dei testi medici greci. Atti del V Convegno Internazionale, Napoli 1-2 ottobre 2004, Collectanea 24, Napoli, M. D'Auria, 2006, p. 27-42
  • P. Orsini, « Minuscole greche informali del X secolo », dans B. Atsalos (éd), Actes du VIe Colloque International de Paléographie Grecque (Drama, 21-27 septembre 2003), Vivlioamphiastis Annexe 1, Athêna, Société hellénique de reliure, 2008, p. 41-70
  • P. Weitmann, « Zu Charakter und Genese des Herbariums des Wiener Dioskurides », Codices Manuscripti & Impressi, 89/90, 2013, p. 1-12. Mit Abb. 1-8
  • S. Lazaris, « L'illustration des disciplines médicales dans l'Antiquité : hypothèses, enjeux, nouvelles interprétations », dans M. Bernabò (éd), La collezione di testi chirurgici di Niceta. Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 74.7, Folia picta 2, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2010, p. 99-109
  • S. Lazaris, « À propos du Nicandre de Paris (Suppl. gr. 247), son illustration et son modèle », Scriptorium, 59/2, 2005, p. 221-227

Vie du livre

Sources des données