France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément grec 1185

Référentiel d'autorité Biblissima : https://data.biblissima.fr/entity/Q77446

Texte du manuscrit

Source des données : Pinakes

Jean Malalas (0491?-0578) : Chronographie [Grec].

Manuel Philès (1275-1345) : Versus [Grec].

Quaedam (Aenigmata) [Grec].

  • Œuvre associée : Quaedam (Aenigmata)
  • Feuillets : 064v
  • Incipit : Τῶν εἴκοσί με τεττάρων τε γραμμάτων (Source : Pinakes) ,Τὸ ναυτικὸν πρόσρρημα τὸ πρὸς τὴν χθόνα (Source : Pinakes) ,Πατήρ με γεννᾷ, μητρικῆς ἐκ νηδύος (Source : Pinakes)

Varia (Lexica) [Grec].

  • Œuvre associée : Varia (Lexica)
  • Feuillets : 063r-v
  • Incipit : Ἀνίσχεται, ὑπομένει, παρίσχεται, δίδωσι (Source : Pinakes) ,Ῥόδον ἐτυμολογεῖται ἀπὸ τοῦ ῥᾷον ὁδεύειν (Source : Pinakes)

Varia (Lexica) [Grec].

  • Œuvre associée : Varia (Lexica)
  • Feuillets : 064
  • Incipit : Τοῦ ὄρους τὰ μὲν ἀκρότατα (Source : Pinakes) ,Σὴς λέγεται ἐπὶ τῶν ἱματίων (Source : Pinakes) ,Οἱ μὲν ἔξω σοφοὶ μεγαλοψυχίαν ὁρίζονται (Source : Pinakes)

Ancien possesseur

Anciennement dans

Bibliographie

  • D. Harlfinger, Die Textgeschichte der Pseudo-Aristotelischen Schrift Περὶ ἀτόμων γραμμῶν. Die Textgeschichte der Pseudo-Aristotelischen Schrift ΠΕΡΙ ΑΤΟΜΩΝ ΓΡΑΜΜΩΝ, Amsterdam, Adolf M. Hakkert, 1971
  • C. Astruc, M. Concasty, Bibliothèque nationale. Catalogue des manuscrits grecs. Troisième partie : Le Supplément grec, Tome III, numéros 901-1371, Paris, 1960 (Version en ligne)

Présentation du contenu

  • 1 (ff. 1-62) PROCOPE, Historia arcana, à partir du début du chapitre 6 (inc. Οἵτινες δὲ ἀνθρώπων ; éd. J. Haury, Procopii Caesariensis opera omnia, t. III, 1, Leipzig 1906, p. 38, l. 2-p. 186 ; notre ms. a été utilisé pour la première fois par cet éditeur, qui le désigne du sigle Ρ et le décrit à la p. XII de ses prolégomènes, après avoir démontré, p. VIII, l'éminente importance de ce témoin pour l'établissement du texte ; cf. G. Moravcsik, Byzantinoturcica 2, Berlin 1958, t. I, p. 490).


    2 Notes diverses ajoutées par plusieurs mains différentes.


    1(f. 62v) dix lignes sur Romulus fondateur des Jeux du cirque en l'honneur des quatre éléments : extrait de JEAN MALALAS, Chronographia, lib. VII (M. 97, 281 A 6-C 1), dans une rédaction légèrement abrégée et remaniée (inc. Ὅτι Ῥωμύλος ἐτέλεσεν ἐν τῇ Ῥώμῃ πρῶτος ἀγῶνα ἱππικόν).


    2(ibid.) note sur la Tétractys pythagoricienne (éd. A. Delatte, Études sur la littérature pythagoricienne, Paris 1915, p. 187).


    3(f. 63) quatre vers [de MANUEL PHILES ?] (στίχοι ms.), édités fautivement par E. Miller comme vers 5-8 du poème LIX de l'Appendice (Manuelis Philae Carmina, t. II, Paris 1857, p. 420), alors que ce quatrain forme un tout indépendant (inc. Ἂν παρθένους ἔκλεισε τοῦ θείου γάμου — des. καί μαχλὰς οὖσα καὶ λύχνου στερουμένη) : v. Scriptorium V, 1951, 1, pp. 105-106 (où le quatrain est édité par nous d'après notre ms.).


    4(ibid.) sur les deux catégories de Pythagoriciens, les « savants » et les « acousmatiques » : arrangement de deux passages de JAMBLIQUE, De vita Pythagorica liber (cf. chap. XVIII, § § 80 et 81, éd. A. Nauck, Saint-Pétersbourg 1884, p. 58, ll. 14-19 et p. 59, ll. 7-8 ; voir A. Delatte, op. cit., pp. 271 ss).


    5(ibid.) trois lignes sur les trois sortes de bêtes sauvages, tirées d'ARISTOTE, De animalibus historia, 606 b 17-21 (éd. L. Dittmeyer, Leipzig 1907, p. 348).


    6(ibid.) en deux lignes, liste de personnages légendaires personnifiant la sottise (inc. Ἡ Μακκὼ, ὁ Μαργίτης, ὁ Μελιτίδης, ὁ Κόροιϐος, ὁ Μαμμακούθος).


    7 (ibid.) quatre lignes sur trois peuples de mauvaise réputation : les Cretois (Saint Paul [Tit. 1, 121] est cité) ; les habitants de Lemnos (proverbe, cf. Zenob. IV, 91, éd. Leutsch-Schneidewin, Parœmiographi graeci, I, Göttingen 1839, p. 110) ; les habitants de Chio (le texte invoque l'autorité de Philostrate, Vie d'Apollonius de Tyanc, et de Denys d'Halicarnasse).


    8(ibid.) dix lignes (à l'encre rouge) de définitions et d'« étymologies » de plantes et de fleurs, allant de la rose à l'ivraie (inc. Ῥόδον ἐτυμολογεῖται ἀπὸ τοῦ ῥᾶον ὁδεύειν).


    9(f. 63v) S. BASILE, extrait de la lettre I, 38, sur l'arc-en-ciel (M. 32, 333 B 2-336 A 8 ; éd. Y. Courtonne, I, Paris 1957, pp. 87-88, § 5, ll. 5-39 ; exemple destiné à illustrer la différence qui sépare essence et hypostase).


    10(ibid.) cinq lignes en rouge, presque effacées : quelques synonymes et définitions de mots (inc. Ἀνίσχεται, ὑπομένει À παρίσχεται, δίδωσι).


    11(f. 64) dix dodécasyllabes, στίχ(οι) ms., [de CONSTANTIN PSELLOS] (inc. Γυνὴ, ζύμη, βέλτιστε, καὶ σάτα τρία — des. ὅλην συνεζύμωσε τῆς ψυχῆς φύσιν) sur la parabole du levain [Matth. 13, 33] (éd. par E. Miller, Catalogue des manuscrits grecs... de l'Escurial, Paris 1848, p. 49, et repris par le même dans Manuelis Philae Carmina, II, p. 418, poème LIII de l'Appendice, vv. 1-10) ; cf. le Paris. Suppl. gr. 690, f. 73v (sur lequel repose l'attribution à Constantin Psellos), et la description de ce manuscrit par G. Rochefort dans Scriptorium, IV, 1950, p. 8 ; selon Chr. Baur, Initia PP graecorum, I, Vatican 1955, p. 136, une autre édition des mêmes vers existe dans le České museum filologické (Prague), VI, 1900, p. 318.


    12(ibid.) liste de noms de monnaies (éd. F. Hultsch, Metrologicorum scriptorum reliquiae, I, Leipzig 1864, p. 276, ll. 1-12).


    13(ibid.) liste de divers noms désignant le ver (inc. Σὴς λέγεται ἐπὶ τῶν ἱματίων ; éd. J.-Fr. Boissonade, dans son édition d'Hérodien, Londres 1819, p. 58, n. 2, deuxième extrait du Vaticanus cité).


    14(ibid.) quatre lignes sur les différentes parties de la montagne (inc. Τοῦ ὄρους τὰ μὲν ἀκρότατα) : ce petit texte, différent de la notice habituelle des lexicographes et des scholiastes, distingue huit parties au lieu de trois.


    15(ibid.) liste des arbres toujours verts (même contenu que dans Boissonade. Anecdota graeca, I, Paris 1829, p. 410, ll. 4-7, mais dans un ordre différent).


    16(ibid.) sur le figuier, la vigne et l'olivier (éd. Boissonade, ibid., ll. 1-3).


    17(ibid.) définition, en trois lignes, de la μεγαλοψυχία selon les philosophes paοens et selon la doctrine chrétienne (inc. Οἱ μὲν ἔξω σοφοὶ μεγαλοψυχίαν ὁρίζονται).


    18(ibid.) définition du mot ἀποκάλυψις, tirée du Commentaire d'ANDRÉ DE CÉSARÉE sur l'Apocalypse (M. 106, 220 D 1-4).


    19(f. 64v) essais de plume, imitant des signes alchimiques et cryptographiques.


    20(ibid.) quinze lignes sur la Croix, sur ses rapports avec le Tau des Hébreux et la façon d'écrire σταυρός (en abrégé ou non) ; sont cités : Ézéchiel (?, il semble qu'il s'agisse plutôt de Deut. 6, 9), et Isaïe, 9, 6. Inc. Ἰστέον ὡς οὐδέν τῶν γραφομένων πραγμάτων ἐκ τοῦ τῶν γραμμάτων χαρακτῆρος. Cf. J. Gretser, Opera omnia de Sancta Cruce, Ingolstadt 1616, col. 20, 799-800, etc.


    21(ibid.) énigme en trois vers de douze syllabes (inc. Τὸ ναυτικὸν πρόσρρημα τὸ πρὸς τήν χθόνα).


    22(ibid.) autre énigme, en six vers de douze syllabes, dont la solution est Ἀδάμ (inc. Πατήρ με γεννᾶ, μητρικῆς ἐκ νηδύος : éd. Νέος Ἑλληνομνήμων, XVII, 1923, ρ. 210, n° 31, d'après les papiers de Sp. Lambros, qui avait copié cette pièce sur le ms. Athous 3881 [= Dionysiou 347], où elle est attribuée à Psellos). Par comparaison avec d'autres versions de la même énigme, en vers (cf. Parisinus gr. 2511, f. 69v) ou en prose (cf. Νέος Ἑλληνομνήμων, tom. cit., p. 213, n° 83, et p. 215, n° 39, ou Λαογραφία, VIII, 1921, p. 122, n° 4), il semble possible que les vers 4-6 forment en réalité une énigme distincte (qui commencerait par : Τῶν εἴκοσί με τεττάρων τε γραμμάτων).


    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Notes

  • Neuf cahiers, tous quateniions à l'origine, mais le premier est réduit à son dernier feuillet, et le neuvième n'en compte plus que sept. Dans la marge inférieure du f. 2, signature γ' ; marques semblables, de huit en huit feuillets, jusqu'ΰ ιʹ (f. 58) : le manuscrit a donc perdu son cahier αʹ et les sept premiers feuillets du cahier β'. Il n'est pas certain qu'il manque, en fin de volume, autre chose que le dernier feuillet du cahier ι'. A une date indéterminée, les cahiers furent décomposés en leurs éléments ; les feuillets, parvenus ainsi détachés jusqu'à l'époque moderne, furent montés chacun sur un onglet de papier.
    Le papier présente plusieurs filigranes, qui autorisent à placer l'époque de la copie de ce manuscrit (tout au moins en ce qui concerne la main principale) dans la première moitié du XIVe siècle : dans les quarante et un premiers feuillets (v. surtout ff. 21-22), on trouve une marque du type des n°s 3204-3207 de Briquet (Deux cercles), dont les dates s'échelonnent de 1327 à 1352 ; puis, jusqu'au f. 57 (v. notamment ff. 43 et 48, ou 44 et 47), un filigrane voisin des n°s 3777-3781 de Briquet (Clef), datés de 1312 à 1341 ; les feuillets de la fin comportent différents dessins peu distincts, parmi lesquels il faut peut-être reconnaître (ff. 60 et 63) une sorte de Baril, non conforme aux spécimens de Briquet.
    La main principale (a), qui a copié le texte de Procope (ff. 1-62), est élégante et soignée. Elle-même, et cinq autres mains contemporaines ou légèrement postérieures, ont utilisé les ff. 62v-64v pour y inscrire les vingt-deux petits fragments de toute nature décrits plus haut. Ces fragments se répartissent entre les six mains de la façon suivante : a) 1. — b) 2. 8. 10. — c) 3-6. 11 -18. — d) 7. — e) 9. 20-22. — f) 19.
    L'encre rouge n'apparaît qu'en souscription au texte principal (f. 62) et dans les titres et les initiales majeures des fragments surajoutés (deux de ces morceaux, les n°s 8 et 10, sont entièrement en rouge).
    Le volume, provenant de la bibliothèque Miller, entra à la Bibliothèque nationale le 8 février 1897. Notice d'Omont, dans le Catalogue des mss... Miller, pp. 46-47.
    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Sources des données