Vatican, Vatican, Biblioteca apostolica vaticana, Vat.lat.11486

Référentiel d'autorité Biblissima : https://data.biblissima.fr/entity/Q281990

Aspects codicologiques

  • Parch., XVe s. 270 ff. (f. 1v° blanc), 265 x 195 mm. Au f. 30v°, initiale verte à «bianchi girari » sur fond de couleur; aux f. 2 et 126, de grandes initiales du même style ont été dessinées à la plume, mais non peintes. Aux f. 270 et 270v°, quelques essais de plume, en latin et en italien, dont le début d'un acte daté de 1533, une définition: «cauilacio est...» extraite du Digestum ; les mots «arma uirumque cano » (Vergilivs, Aeneis, I, 1). Quelques corrections marginales de plusieurs mains contemporaines.

    (Source : DER - IRHT, XXI)

Présentation du contenu

  • f. 3 (2ème du texte): //si ut poetis

    f. 1 (add. XVIe s.): Cicero, Epistulae ad familiares (extrait).

    texte: «Ex epis. 6 ait Cicero in libro [...... g]raue est enim homini prudenti petere aliquid magnum ab eo de ‹quo se bene meritum put›et » (II, 6, 1).

    f. 2-269v°: Livivs, Ab Vrbe condita (Decas I).

    titre: «Titi Liuii Patauini clarissimi historiographi ab urbe condita liber primus incipit feliciter ».

    f. 177v°, liv. VI, explicit suivi d'une glose intégrée dans le texte: «... comitiis fierent. Hoc anno primum consul plebeius. Hoc anno primum praetor urbanus. Hoc anno primum edilis currulis ».

    (Source : DER - IRHT, XXI)

Intervenant

Anciens possesseurs

Anciennement dans

Origine

  • Origine: italienne, plusieurs écritures humanistiques rondes. L'un des copistes signe au f. 269v°: «EXPLICIT PRIMA DECAS TITI LIVII QUE STEPHANI EST DE WARMORANA COMPLETA PER IOANNEM DE FRISIA OCTAua die Mensis Octobris »; le manuscrit est antérieur à 1437, si l'on en croit la note de mise en gage (?) du f. 270v°: «1437 25 Februarii super hunc librum concessi... ».

    (Source : DER - IRHT, XXI)

Historique de la conservation

  • Possesseurs: Stephanus de Warmorana (cf. supra, Origine); au f. 276v°, essai de plume (XVe s.): «Ser Marco Zancus»; au f. 1, deux ex-libris grattés, déchiffrables aux rayons ultra-violets: «Hic liber est mei Aloisii Zancharoli » (XVIe s.) et «Hic liber est mei Ioannis Baptiste Cuccini» (XVIIe s.); le Collège des Jésuites de Rome à qui Giambattista Coccini († 1641) légua sa bibliothèque (cf. J. Ruysschaert, op. cit. infra, p. 122); le manuscrit a été donné en 1912 par Pie X à la Bibliothèque Vaticane.

    (Source : DER - IRHT, XXI)

Bibliographie

    • J. Ruysschaert, Codices Vaticani latini. Codices 11414-11709, Vatican, 1959, p. 122
    • J. Fohlen, Colophons... (Roma, magistra mundi..., 1, Louvain-la-Neuve, 1998, p. 264)
    • Réf.: BMBV (2005) p. 714.

Vie du livre

Source des données