France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Grec 2763

Référentiel d'autorité Biblissima : https://data.biblissima.fr/entity/Q54818

  • Nom d'usage :
    • Recueil de poésie.
  • Conservé à : Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits
  • Date de fabrication :
  • Nombre de feuillets :
    • [I-III]+1-245+[I-II]
  • Format : 221×155 mm
  • Réglure :
    • REGLURE :
      La réglure a été tracée à la pointe sèche très légèrement. Pour les folios sur laquelle elle est visible, elle est du type simple 20D1 Leroy-Sautel.
  • Estampille :
    • ESTAMPILLES :
      Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au début du XVIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°7) aux ff. 1r et 244v.
  • Reliure :
    • RELIURE :
      Les plats de cette reliure en veau raciné aux armes de Charles X sont entourés d’un filet doré. Le dos rouge porte des fleurs de lis et le titre doré ORPHEUS. Les tranches ont été teintes à l’encre sombre.
  • Aspects codicologiques :
    • FOLIOTATION :
      Foliotation moderne dans l’angle supérieur externe à l’encre noire. Le f. 90 est folioté 90-91. Le folio entre le f. 117 et le f. 118 a été omis. Il porte aujourd’hui le numéro 117 bis. Le manuscrit comporte donc 246 folios, la dernière page n’ayant pas été foliotée.

      SIGNATURES :
      Le copiste a pris le soin d’insérer une réclame dans la marge inférieure du recto du dernier folio de chaque cahier. Il a en outre signé les deux premiers cahiers du texte de Proclus qui commence au f. 143. Ces signatures, α’ et β’, apparaissent dans la marge inférieure du verso du dernier folio du cahier. On observe la même chose pour les deux premiers cahiers de Callimaque, à partir du f. 61. Ces deux signatures sont peu visibles car elles sont quasiment dans la reliure.

      PIQÛRES :
      Absence de piqûre visible.
  • Décoration :
    • DECORATION :
      Schéma d’outils agricoles dans la marge inférieure du f. 157v. Les titres, sous-titres, gloses, scholies et initiales ornées sont rubriqués. En outre les mentions de fin de texte sont soulignées par un rameau rubriqué sous lequel ont été apposées, aux ff. 31v et 57v, les initiales D.P. qui, à en croire la dédicace du f. 46r du Parisinus gr. 2955, autre manuscrit de Leonico Tomeo, rendent hommage à la diva Pipina.
  • Écriture :
    • ECRITURE :
      Comme l’a écrit Ph. Hoffmann dans les addenda inédits de l’exemplaire du tiré à part qu’il a offert au catalogue grec de la Bibliothèque nationale de France en 1986, la totalité de ce manuscrit est due à l’Anonymus 5 de D. Harlfinger, identifié par F. Vendruscolo avec Nicolò Leonico Tomeo. Outre sa main, on y retrouve les guirlandes caractéristiques de son travail. L’écriture des ff. 61-88 est plus fine mais il s’agit bien de la même main. Le pinax du f. 1v est de la main de Tomeo.
      Surface écrite : 162×83 mm. Marge externe : 48 mm. Marge interne : 25 mm. Marge supérieure : 14 mm. Marge inférieure : 44 mm. En règle générale 23 vers par page.
      Un espace blanc de cinq à sept centimètres a été laissé entre chaque idylle de Théocrite.
      Au f. 132v un lecteur moderne a noté au crayon de papier que deux vers ont été omis.
      Les ff. 89r-v, 136v-142v, 179v sont blancs.

Présentation du contenu

Source des données : BnF, Département des manuscrits

  • (ff. 2r-31v) Argonautiques orphiques : [titre] Ὀρφέως Ἀργοναυτικά.
    (ff. 32r-57v) Hymnes orphiques : [titre] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς μουσαῖον.
    (ff. 58r-60v) Proclus, Hymnes : [titre] Πρόκλου Λυκίου τοῦ φιλοσόφου ὕμνοι εἰς τὸν ἥλιον.
    (ff. 61r-88v) Callimaque, Hymnes, et scholies : [titre] Καλλιμάχου Κυρηναίου ποιητοῦ ὕμνος εἰς Δία.
    (ff. 90r-129v) Hymnes homériques : [titre] Ὕμνοι Ὁμήρου, [titre final] Δευρὶ πέρας λάχε τῶν ἐς δαίμονας ὕμνων Ὁμήρου.
    (ff. 129v-130v) Moschos, Ėros fugitif : [titre] Μόσχου Ἔρως δραπέτης.
    (ff. 130v-135v) Musée, Héro et Léandre, vers 1-245, éd. H. Farber, Hero und Leander, Munich, Heimeran, 1961: [titre] Μουσαίου, τὰ κατ’Ἡρὼ καὶ Λέανδρον.
    (ff. 143r-148r) Proclus Diadoque, Préface aux Travaux et aux jours, éd. A. Pertusi, Scholia vetera in Hesiodi opera et dies, Milan, Società editrice "Vita e pensiero", 1955 : [titre] Πρόκλου διαδόχου.
    (ff. 148v-166v) HésiodeLes Travaux et les jours avec scholies : [titre] Ἡσιόδου ἔργα καὶ ἡμέραι.
    (ff. 167r-178v) Pseudo-Hésiode, Le bouclier : (ff. 167r-168r) Argument, [titre] ὑπόθεσις τῆς Ἡσιόδου ἀσπίδος, (ff. 168v-178v) Le Bouclier.
    (f. 179r) Poème anonyme sur les douze travaux d’Hercule, éd. F. Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker, Leiden, Brill, 1923-1958, 1a, 40, F, fragment 1c : [titre] Ἡρακλέους ἆθλοι, [incipit] πρῶτα μὲν ἐν Νεμέαι βριερὸν κατέπεφνε λέοντα.
    (ff. 180r-202r) Hésiode, Théogonie : [titre] Ἡσιόδου θεογονία.
    (ff. 202v-244v) Théocrite, Idylles : (ff. 202v-203v) Vie de Théocrite, [titre] Θεοκρίτου γένος, (ff. 204r-244v) Idylles, [titre] Θεοκρίτου βουκολικά εἰδύλλιον αον.

Texte du manuscrit

Source des données : Pinakes

Hésiode : Bouclier [Grec].

Hésiode : Les travaux et les jours [Grec].

Hésiode : Théogonie [Grec].

Homère : Hymnes homériques [Grec].

Proclus (0412-0485) : Hymnes [Grec].

Intervenant

Anciens possesseurs

Anciennement dans

Historique de la conservation

  • Ce manuscrit a été copié par l’humaniste italien Nicolò Leonico Tomeo (1456-1531), comme le prouvent, entre autre éléments, les guirlandes marginales qui sont caractéristiques de son travail. Plusieurs de ses manuscrits sont passés dans la bibliothèque de la famille de Mesmes, initiée par Henri de Mesmes. C’est le cas également des Paris. gr. 1676, 2043, 2273, 2764, 2955, 2956 etc. qui présentent les mêmes dessins de lianes. On trouve en haut du f. 1r la cotation en toutes lettres qui est caractéristique des manuscrits que la duchesse de Vivonne, fille de Henri II de Mesmes, a offerts à Jean-Baptiste Colbert, en mai 1679 (ici « Quatre-vingt-quatre»).
    Les manuscrits de la bibliothèque de Colbert ont été intégrés à la Bibliothèque royale à partir de 1732. La cote 3202 a alors été attribuée à ce manuscrit par l’abbé de Targny, chargé du département des manuscrits de la Bibliothèque du roi jusqu’en 1737. Cette cote fut éphémère puisque l’actuelle cote date de 1740.
    Ce manuscrit porte le sigle g dans l’histoire du texte des hymnes de Proclus. D’après E. Vogt le manuscrit provient du même hyparchétype (α) que l’editio princeps de Florence en 1500 (p. 12). Dans ce manuscrit, le texte de Musée se termine au vers 245 et en face de ce dernier vers, au f. 136r, a été ajouté un vers moralisant : Τοιὰ δ’ἔρω μανέεσσιν ἄεθλ’ἀπόκειτ’ αἰζηοῖς. Ces deux caractéristiques se retrouvent dans toute une famille de manuscrits recentiores portant le texte de Musée. D’après P. Orsini, tous descendent du plus ancien manuscrit d’Héro et Léandre, le Baroccianus 50, peut-être via le Parisinus gr. 2763 (p. XXXIV-XXXV). Enfin ce manuscrit porte le sigle e pour les Hymnes orphiques. D’après les recherches de G. Quandt il dérive d’un témoin perdu π qui est aussi le modèle de l’édition de Florence de 1500.

    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Bibliographie

  • D. Jackson, « Greek Manuscripts of the De Mesmes Family », Scriptorium, 63, 2009, p. 89-120
  • E. Gamba, « Un nuovo manoscritto copiato da Niccolò Leonico Tomeo (Par. gr. 1833). Appunti per la ricostruzione della sua biblioteca », Eikasmos, 25, 2014, p. 329-360
  • H. Mason, « On Two Manuscripts of the Hesiodic Scutum », Hermes, 144, 2016, p. 254-264
  • M. Cariou, « A propos d'un manuscrit de Nicolò Leonico Tomeo, le modèle de l'édition princeps du Lapidaire orphique », Scriptorium, 68, 2014, p. 49-78

Sources des données