France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Coislin 260

Référentiel d'autorité Biblissima : https://data.biblissima.fr/entity/Q43017

Texte du manuscrit

Source des données : Pinakes

Dorothée de Gaza (saint, 05.. ?-05..) : Epistulae XVI (CPG 7353) [Grec].

Quaedam (Ascetica) [Grec].

  • Œuvre associée : Quaedam (Ascetica)
  • Feuillets : 272
  • Incipit : Τὸ μὲν οὖν λογιστικὸν κατ' ἐπίνοιαν (Source : Pinakes)

Intervenant

Anciens possesseurs

Anciennement dans

Bibliographie

  • M. Le Léannec-Bavavéas, « Jean, Logothète du Drome au 11e siècle », Revue des études byzantines, 60, 2002, p. 215-220 (Version en ligne)
  • S. Lucà, « Doroteo di Gaza e Niceta Stetato. A proposito del Neap. gr. 7 », dans R. Gentile Messina (éd), Bisanzio e le periferie dell’impero. Atti del Convegno Internazionale nell’ambito delle Celebrazioni del Millenario della fondazione dell’Abbazia di San Nilo a Grottaferrata (Catania, 26-28 novembre 2007), Acireale - Roma, Bonanno, 2011, p. 145-180
  • R. Devreesse, Catalogue des manuscrits grecs. 2, Le fonds Coislin, Paris, Imprimerie nationale, 1945 (Version en ligne)
  • B. Montfaucon, de, Bibliotheca Coisliniana, olim Segueriana..., Paris, 1715 (Version en ligne)

Présentation du contenu

  • 1 S. DOROTHEE, œuvres diverses (M. 88), que précèdent a(f. 1r.v) le prologue sur les deux Dorothées (M. 1612-1613) ; b(f. 2r.v) l'index des vingt-neuf doctrines ou lettres de Dorothée, complété dans la suite ; c(ff. 3-5) l'epist. ad fratrem qui petebat doctrinas s. Dorothei (M. 1613-1617 A 2) avec le supplément Οἷος μὲν ἦν — ὑπερευχόμενος (ff. 5-6) qu'on trouve en latin seulement dans M. 1617-1618 ; d(ff. 6-13v) le chapitre sur l'abbé Dosithée (cf. Vat. gr. 335, ff. 238v-246v ; Coislin 123, ff. 81v-87v). 1(ff. 13v-141v) doctrinae 1-15, γʹ-ιζʹ ms., précédées de l'avertissement Ἰστέον ὅτι ἀναχωρήσαντος — σιωπήν (cf. Vat. 335, f. 122) ; (ff. 141v-152v) doctr. 22 et 23, ιηʹ et ιθʹ ms. ; (ff. 152v-165v) doctr. 16-20, κʹ-κδʹ ms. 2(ff. 165v-167v) epistolae 1-4 (M. 1837-1840 D) ; (ff. 167v-168) πρὸς τὸν αὐτόν. (inc. Μὴ θαυμάσῃς, τέκνον, ἐν ὁδῷ, des. εὐχαῖς τῶν ἁγίων αὐτοῦ) ; (ff. 168-169v) ep. 5. 7. 6. 8. A la fin : τέλος τοῦ μακαρίου πατρὸς ἡμῶν Δωροθ(έου).


    2 S. MAXIME : 1(ff. 170-201v) liber asceticus (M. 90, 912-956) ; les mots ἵνα ἀκατακρίτως προσελθόντες — κατὰ τὴν χρηστότητά σου (M. 945 Β 3-948 C 10) font défaut f. 196 ; les mots Ὑπακούσωμεν αὐτῷ — ἐλευθερούμενοι τῆς τῶν |ἁμαρτιῶν (M. 953 Β 15-956 Β 1) ont disparu avec le feuillet qui suivait 200v. 2capita de caritate (M. 960-1073), soit (ff. 202-216v) prologue à Elpidius et cent. 1 ; (ff. 216v-237) cent. 2 ; (ff. 237-256) cent. 3 ; (ff. 256-271v) cent. 4 ; suit (f. 272) un bref développement sur les puissances de l'âme et sur les vertus (inc. Τὸ μὲν οὖν λογιστικὸν κατʹ ἐπίνοιαν, des. κάτω δὲ ἀπὸ ἠλιθιότητος).


    3 (ff. 272v-307v) JEAN DE CARPATHOS, capitula c ad monachos, soit αʹ— Ϟθʹ (M. 85, 1837-1856) et le sermo asceticus (ρʹ = ff. 301v ss. ; M. 1857-1860).


    4 (ff. 308-324v) S. NIL*, de oratione capita 153 (M. 79, 1168 B-1200). A en croire l'index du début, le ms. possédait à cet endroit les questions d'Athanase à Antiochus. Suivent diverses sentences περὶ τοὺς φιλοσκόπτας ἤτοι καὶ φιλοδό(ξους) καὶ τὰ ἑξῆς imputées à Dorothée (f. 325) et à Maxime (ff. 325-326).


    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Historique de la conservation

Notes

  • La souscription (f. 326v ; Montfaucon, p. 305) indique que le manuscrit fut écrit par le moine Mélèce sur l'ordre de l'higoumène Syméon. Quarante-et-un cahiers, encore au complet vers la fin du moyen âge (cf. f. 325v : † ἡ δέλτος αὕτη κέκτηται φύλ(λα) τριακόσια κηʹ ἐκτὸς τ(ὸν) ἐξο. δορόθεο(ς) τούνομα †). La décoration de deux bandeaux (ff. 3. 170), l'index et le premier titre (ff. 2-3) soulignés d'un trait de pinceau jaune laissent croire à une origine italiote. Titres, initiales, numérotation à l'encre rouge. Nombreuses additions tant du copiste (cf. ff. 182v. 206. 208v. 247) que d'une main plus récente (cf. ff. 18. 21v. 43. 173. 185. 190v. 191. 193. 194v. 252v) qui restitua à plus d'un endroit des lettres disparues ou des signes d'accentuation devenus illisibles ; de la même main, peut-être, confession de la misère humaine (f. 169v). Sur le premier feuillet de garde (papier) index de Montfaucon. (Source : BnF, Département des manuscrits)

Sources des données