France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Coislin 126

Texte du manuscrit

Source des données : Pinakes

Daniel de Scété (05.. ?-05.. ?) : Narrationes (CPG 7363) [Grec].

Bibliographie

  • R. Devreesse, Catalogue des manuscrits grecs. 2, Le fonds Coislin, Paris, Imprimerie nationale, 1945 (Version en ligne)
  • J. Olivier, « Notule sur le «Psautier Uspenskij» », Νέα Ῥώμη, 8, 2011, p. 59-66
  • B. Montfaucon, de, Bibliotheca Coisliniana, olim Segueriana..., Paris, 1715 (Version en ligne)
  • V. Desprez, A. Rigo, « L'Exposition de la règle de Jean l'Ermite et sa fortune sous le nom de Jean Chrysostome aux 11e-13e siècles », dans A. Binggeli (éd)A. Boud'hors (éd)M. Cassin (éd), Manuscripta Graeca et Orientalia. Mélanges monastiques et patristiques en l'honneur de Paul Géhin, Orientalia Lovaniensia Analecta 243, Peeters, 2016, p. 283-336
  • J. Wortley (éd), The "Anonymous" sayings of the Desert Fathers: a select edition and complete English translation, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2013

Présentation du contenu

  • 1 (ff. 1-158) Apophtegraata Patrum, selon l'alphabet ; inc. mut. καὶ ἤρξατο ἐρωτᾶν ἀπὸ τῶν μικρότέρων (M. 65, 80 D 4-440, avec nombreuses variantes).


    2 (ff. 158-353v) Histoires des solitaires égyptiens, ἀποφθέγματα, τῶν ἁγίων γερόντων ms. (éd. Nau, dans Revue de l'Orient chrétien, 1907, p. 48-68, 171-181, 393-404 ; 1905, p. 409-414 ; 1908, p. 47-57, 266-283 ; 1909, p. 357-379 ; 1912, p. 204-211, 294-301 ; 1913, p. 137-144 = ff. 241-246v) ; la suite n'a pas été éditée à part quelques anecdotes des ff. 253r.v et 255-256v (Nau, ROC, 1913, p. 144-146), et les récits de Daniel de Scété (ff. 311-329v ; cf. Coislin 232, ff. 262-281). La fin s'achève sur un trait de saint Jean Chrysostome : Καθεζομένου σου εἰς ἀνάγνωσιν λογίων Θεοῦ πρῶτον ἐπικαλέσαι αὐτὸν ἵνα διανοίξῃ τοὺς ὀφθαλμοὺς τῆς καρδίας σου εἰς τὸ μὴ μό |.


    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Historique de la conservation

Notes

  • Manuscrit soigné, dont on aimerait connaître l'origine : l'écriture paraît constantinopolitaine, certains traits au pinceau semblent indiquer l'Italie méridionale, les cahiers sont signés en arménien. L'ensemble comprenait au moins quarante-six cahiers ; manquent aujourd'hui le premier, les trois premiers feuillets du second et quatre feuillets du quarante-sixième (lacunes après 349v[cf. Coislin 232, f. 295]. 351v. 353v). Restituer l'ordre : 65. 64. 67. 66. 68.
    F. 86 invocation à la Vierge, f. 192v à saint Michel en faveur de l'empereur ; f. 86 quelques lignes qui semblent des cryptogrammes.
    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Sources des données